Une fable au hasard

Les 12 livres

Les Fables

Tris de fables

Le bestiaire

Les personnages

Morales et maximes

Les sources

 Italien
 Allemand
 Anglais

Contact JMB
Envoyez une carte postale avec cette illustration
Signaler cette fable à un ami
Imprimer

Les lectures de JMB
Allez voir mes lectures.

Le Blog de JMB
Mes textes personnels






Le Chien qui lâche sa proie pour l'ombre
 Livre VI - Fable 17

Cette courte fable trouve sa source chez Esope (« Le Chien qui porte de la
viande »). Elle sera reprise par Phèdre et traduite par de Sacy dans sa version des Fables écrite en français pour Port-Royal (1647). Voici la morale de de Sacy : « Celui qui désire le bien d'autrui perd justement le sien propre ».
Chapelain, cité par Collinet, écrit dans « Discours de la Gloire » : Jamais personne qui fut sage n'a abandonné le corps, bien que petit, pour suivre son ombre, bien que grande. » (« La Fontaine - Ouvres complètes, tomeI ; Fables, contes et nouvelles » édition établie, présentée et annotée par   Jean-Pierre Collinet ; NRF Gallimard ; Bibliothèque de La Pléiade ; 1991, p.1156).
Nous prenons parfois la proie pour l'ombre ; chacun se trompe ici-bas. Mais nous pouvons nous en sortir.

Chacun se trompe ici-bas :
                On voit courir après l'ombre
                Tant de fous qu'on n'en sait pas
                La plupart du temps le nombre.
Au chien dont parle Ésope il faut les renvoyer.

Ce chien, voyant sa proie en l'eau représentée,
La quitta pour l'image, et pensa se noyer.
La rivière devint tout d'un coup agitée;
        A toute peine il regagna les bords,
            Et n'eut ni l'ombre ni le corps.

L'ombre : opposition avec « la réalité » ; à rapprocher de la fable: «Le Cerf se voyant dans l'eau » .
Google
 

ancre





W. Aractingi 81 x 100 cm, Avril 1989