Une fable au hasard

Les 12 livres

Les Fables

Tris de fables

Le bestiaire

Les personnages

Morales et maximes

Les sources

 Italien
 Allemand
 Anglais

Contact JMB
Envoyez une carte postale avec cette illustration
Signaler cette fable à un ami
Imprimer

Les lectures de JMB
Allez voir mes lectures.

Le Blog de JMB
Mes textes personnels






Le Milan le roi et le Chasseur
 Livre XII - Fable 12

Une nouvelle fable-double.
Marc Fumaroli, dans son livre « Le Poète et le Roi » écrit à son propos
: Sa résistance [celle de La Fontaine] au Grand roi est elle-même
résumée dans le délicieux conte oriental « Le milan, le roi, et le
chasseur », dédié au prince de François-Louis de Conti en disgrâce,
époux de Marie-Thérèse de Bourbon (voir vers 17 et 29). Sans amertume,
il s'amuse de ce qui a été sa raison d'être, et il se félicite, dans
cette dernière épigramme piquée sur le nez du roi, de n'avoir jamais
rien gagné à cette grande querelle d' amoureux déçu, sinon la perfection
de son art. » (Marc Fumaroli, « Le Poète et le Roi », Editions de
Fallois, Paris, 1997, p. 439).
Cette version, parue du vivant de La Fontaine est nettement plus sage
que celle de l'édition posthume de 1696. Pourtant, les pointes contre
Louis XIV sont nettement perceptibles. Il ne s'agit plus de sourire mais
de persiflage, audace calculée cependant. La Fontaine attribue lui-même
la paternité du texte de base à Pilpay (pour des raisons de prudence ?)
mais on pense que le canevas est de La Fontaine lui-même.

Comme les dieux sont bons, ils veulent que les rois
Le soient aussi : c'est l'indulgence
Qui fait le plus beau de leurs droits,
Non les douceurs de la vengeance :
Prince, c'est votre avis. On sait que le courroux
S'éteint en votre coeur sitôt qu'on l'y voit naître.
Achille , qui du sien ne put se rendre maître,
Fut par là moins héros que vous.
Ce titre n'appartient qu'à ceux d'entre les hommes
Qui, comme en l'âge d'or, font cent biens ici-bas.
Peu de grands sont nés tels en cet âge où nous sommes :
L'univers leur sait gré du mal qu'ils ne font pas .
Loin que vous suiviez ces exemples,
Mille actes généreux vous promettent des temples.
Apollon, citoyen de ces augustes lieux
Prétend y célébrer votre nom sur sa lyre.
Je sais qu'on vous attend dans le palais des dieux :
Un siècle de séjour doit ici vous suffire.
Hymen veut séjourner tout un siècle chez vous .
Puissent ses désirs les plus doux
Vous composer des destinées
Par ce temps à peine bornées !
Et la princesse et vous n'en méritez pas moins.
J'en prends ses charmes pour témoins ;
Pour témoins j'en prends les merveilles
Par qui le ciel, pour vous prodigue en ses présents,
D'en qualités qui n'ont qu'en vous seul leurs pareilles
Voulut orner vos jeunes ans.
Bourbon de son esprit ces grâces assaisonne :
Le Ciel joignit en sa personne
Ce qui sait se faire estimer
A ce qui sait se faire aimer:
Il ne m'appartient pas d'étaler votre joie;
Je me tais donc, et vais rimer
Ce que fit un oiseau de proie.

Un milan , de son nid antique possesseur,
Etant pris vif par un chasseur,
D'en faire au prince un don cet homme se propose.
La rareté du fait donnait prix à la chose.
L'oiseau, par le chasseur humblement présenté,
Si ce conte n'est apocryphe,
Va tout droit imprimer sa griffe
Sur le nez de Sa Majesté.
- Quoi! sur le nez du roi! - Du roi même en personne.
- Il n'avait donc alors ni sceptre ni couronne?
- Quand il en aurait eu, ç'aurait été tout un :
Le nez royal fut pris comme un nez du commun.
Dire des courtisans les clameurs et la peine
Serait se consumer en efforts impuissants.
Le roi n'éclata point : les cris sont indécents
A la majesté souveraine.
L'oiseau garda son poste : on ne put seulement
Hâter son départ d'un moment.
Son maître le rappelle, et crie, et se tourmente,
Lui présente le leurre, et le poing ; mais en vain.
On crut que jusqu'au lendemain
Le maudit animal à la serre insolente
Nicherait là malgré le bruit,
Et sur le nez sacré voudrait passer la nuit.
Tâcher de l'en tirer irritait son caprice.
Il quitte enfin le roi qui dit:« Laissez aller
Ce milan et celui qui m'a cru régaler.
Ils se sont acquittés tous deux de leur office,
L'un en milan, et l'autre en citoyen des bois:
Pour moi, qui sais comment doivent agir les rois,
Je les affranchis du supplice.»
Et la cour d'admirer. Les courtisans ravis
Elèvent de tels faits, par eux si mal suivis :
Bien peu, même des rois, prendraient un tel modèle ;
Et le veneur l'échappa belle,
Coupable seulement, tant lui que l'animal,
D'ignorer le danger d'approcher trop du maître.
Ils n'avaient appris à connaître
Que les hôtes des bois : était-ce un si grand mal ?
Pilpay fait du Gange arriver l'aventure .
Là, nulle humaine créature
Ne touche aux animaux pour leur sang épancher.
Le roi même ferait scrupule d'y toucher.
« Savons-nous, disent-ils, si cet oiseau de proie
N'était point au siège de Troie?
Peut-être y tint-il lieu d'un prince ou d'un héros
Des plus huppés et des plus hauts :
Ce qu'il fut autrefois il pourra l'être encore.
Nous croyons, après Pythagore,
Qu'avec les animaux de forme nous changeons,
Tantôt milans, tantôt pigeons,
Tantôt humains, puis volatiles,
Ayant dans les airs leurs familles.»
Comme l'on conte en deux façons
L'accident du chasseur, voici l'autre manière:

 

Un certain fauconnier ayant pris, ce dit-on,
A la chasse un milan (ce qui n'arrive guère),
                En voulut au roi faire un don,
                Comme de chose singulière.
Ce cas n'arrive pas quelquefois en cent ans;
C'est le non plus ultra de la fauconnerie.
Ce chasseur perce donc un gros de courtisans,
Plein de zèle, échauffé, s'il le fut de sa vie.
                Par ce parangon des présents
                Il croyait sa fortune faite:
                Quand l'animal porte-sonnette ,
                Sauvage encore et tout grossier,
                Avec ses ongles tout d'acier,
Prend le nez du chasseur, happe le pauvre sire.
                Lui de crier ; chacun de rire.
Monarque et courtisans. Qui n'eût ri? Quant à moi,
Je n'en eusse quitté ma part pour un empire.
                Qu'un pape rie, en bonne foi,
Je ne l'ose assurer, mais je tiendrais un roi
                Bien malheureux, s'il n'osait rire :
C'est le plaisir des dieux. Malgré son noir sourcil,
Jupiter et le peuple immortel rit aussi.
Il en fit des éclats, à ce que dit l'histoire,
Quand Vulcain, clopinant, lui vint donner à boire.
Que le peuple immortel se montrât sage ou non,
J'ai changé mon sujet avec juste raison ;
                Car, puisqu'il s'agit de morale,
Que nous eût du chasseur l'aventure fatale
Enseigné de nouveau? L'on a vu de tout temps
Plus de sots fauconniers que de rois indulgents.


Achille est ce héros de « l'Iliade' qui, traité injustement par Agammenon, de dépit, se retire sous sa tente, laissant ses amis les Grecs se faire battre.

L'univers leur sait...Voir Montaigne : « Les Princes [...] me font assez de bien quand il ne me font point de mal. » (« Essais », III, 9) et aussi Fontenelle :
L'on doit vous compter pour des grâces tous les maux que vous n'avez pas faits. » (Fontenelle, « Ouvres »).

Citoyen de ces augustes lieux: Apollon, le dieu de la poésie, est chez lui à la cour.

Hymen: En terme poétique, il s'agit du mariage, du nom d'une divinité grecque qui présidait à cette union.

Siècles: Le duc de Conti allait épouser Marie-Thérèse de Bourbon.

Un milan : oiseau rapace diurne élevé pour la chasse.

Régaler : étymologiquement « traiter comme un roi ».

Elèvent: Portent très haut.

Le non plus ultra: Le nec plus ultra. En italique dans le texte.

Le gros: Une troupe. « La plus grande partie de quelque multitude » (Richelet). - « Une grande quantité. Un gros de cavaliers, de fantassins. » (Acad.) (Cité dans « Le Dictionnaire alphabétique et analogique de la Langue française », Paul Robert).

Le parangon: Vieux mot signifiant « modèle ».

L'animal porte-sonnette: On attachait des sonnettes au cou des oiseaux dressés pour la chasse.

Le plaisir des dieux:   Homère parle du « rire inextinguible des dieux ». Dans la variante de 1696, on trouve : 

 

« C’est le plaisir des dieux. Jupiter rit aussi.
Bien  qu’ Homère en ses vers lui donne un noir souci, 
Ce poète assure en son histoire 
Qu’un ris inextinguible en l’Olympe éclata. 
Petit ni grand n’y résista, 
Quand Vulcain clopinant s’en vint verser à boire. 
Que le peuple immortel fût assez grave ou non ». 

 

Et nous lisons dans « Les Amours de Psyché » : « Les dieux ne pleurent ni d’une façon ni d’une autre, reprit Gélaste ; pour le rire, c’est leur partage. Qu’il ne soit ainsi (*), Homère dit en un autre endroit (**) que, quand les bienheureux immortels virent Vulcain qui boitait dans leur maison, il leur prit un rire inextinguible. » (« La Fontaine - Œuvres diverses », édition établie et annotée par Pierre Clarac, NRF, Bibliothèque de la Pléiade, 1968, p. 181).
(*) Cette tournure de phrase, que nous rencontrons souvent chez La Fontaine, a été dénoncée par Vaugelas. Elle signifie « Si vous doutez qu’il en soit ainsi ».
(**) Iliade, I, 559.

Google
 

ancre





W. Aractingy