Une fable au hasard

Les 12 livres

Les Fables

Tris de fables

Le bestiaire

Les personnages

Morales et maximes

Les sources

 Italien
 Allemand
 Anglais

Contact JMB
Envoyez une carte postale avec cette illustration
Signaler cette fable à un ami
Imprimer

Les lectures de JMB
Allez voir mes lectures.

Le Blog de JMB
Mes textes personnels






Les deux Taureaux et une Grenouille
 Livre II - Fable 4

La fable est inspirée de Phèdre (« La Grenouille prudente »), mais le combat est tiré de Virgile (« Géorgiques », III, vers 215-241). Nous retrouvons le même motif chez de nombreux auteurs, chez le tragique Montchrestien, chez Sarasin ou encore chez Racine ou Scudéry.

Deux taureaux combattaient à qui posséderait
          Une génisse avec l'empire.
            Une grenouille en soupirait.
            « Qu'avez-vous?' »se mit à lui dire
            Quelqu'un du peuple croassant.
            «  - Eh ! ne voyez-vous pas, dit-elle,
            Que la fin de cette querelle
Sera l'exil de l'un ; que l'autre, le chassant,
Le fera renoncer aux campagnes fleuries ?
Il ne régnera plus sur l'herbe des prairies,
Viendra dans nos marais régner sur les roseaux ;
Et nous foulant aux pieds jusques au fond des eaux,
Tantôt l'une, et puis l'autre, il faudra qu'on pâtisse
Du combat qu'a causé Madame la Génisse. »
 

            Cette crainte était de bon sens.
            L'un des taureaux en leur demeure
            S'alla cacher, à leurs dépens :
            Il en écrasait vingt par heure.
            Hélas, on voit que de tout temps
Les petits ont pâti des sottises de grands.


Deux taureaux... empire: Certains voient dans ces vers une parodie du thème du mariage de la  princesse héritière. (voir « La Fontaine - Fables », préface et commentaires de Pierre Clarac, notes de Marie-France Azéma, Le Livre de Poche, n° 1198, 1996, p. 100, note 1).

Peuple croassant: S’agit-il d’une distraction de La Fontaine ou d’une confusion ? Toujours est-il que la grenouille coasse, alors que c’est le corbeau qui croasse. L’usage pourtant distinguait déjà les deux termes du temps du fabuliste.

En leur demeure: La demeure des grenouilles.

Les petits ont pâti des sottises des grands: Chez Phèdre, la maxime était « Les maux publics retombent sur le peuple ». Horace, quant à lui avait écrit dans sa Lettre à Lollius : « Les Grecs expient toutes les folies de leurs rois. » (« Epitre I, lettre 2, vers 14).

Google
 

ancre





W. Aractingi 100 x 100 cm, Avril 1994