Fables

Contes libertins

Récits poétiques

Correspondance

Théâtre et Opéra

Oeuvres en prose

Contact JMB


Stances sur le même (Escobar)


Qu'Escobar plaît, qu'il a de doux propos !
Par ses écrits si dignes de louanges,
Tous les démons s'en vont être des sots,
Tous les pécheurs s'en vont être des anges.

Il faut orner son livre de festons;
La vérité chez lui s'est rencontrée.
Pauvres humains, vous n'alliez qu'à tâtons,
Quand cette étoile à vos yeux s'est montrée.

Goûtez, goûtez les mets les plus exquis;
De tous vos biens faites-vous des délices.
Ils sont à vous : vous les avez acquis
Par bons moyens, ou bien par injustices.

- Quoi! je pourrais m'en servir en ce cas?
Restituer n'est donc pas nécessaire?
- Le mal est fait; vous ne le feriez pas
(C'est bien assez), s'il était à refaire.

- Un adultère en peut-il dire autant?
- N'en doutez pas. - Un devin? - Tout de même.
- Conseillez-moi sur un cas important
Et qui me tient dans une peine extrême

Perrette et moi, nous sommes d'un marché.
- Je vous entends. Cette Perrette est belle?
- A vous vrai dire, elle vaut un péché.
Plus je la vois, plus je brûle pour elle.

- Si vous quittiez l'occasion du mal,
En quel état vous faudrait-il réduire?
- Je n'irais pas, je pense, à l'hôpital,
Mais ma maison se pourrait bien détruire.

Votre maison détruite! C'est beaucoup.
Encor faut-il posséder quelque chose.
Votre intérêt, vous réglant pour ce coup,
A votre amour peut donner gain de cause.

- De grâce encore, un avis seulement
Le moindre jeûne est contraire à ma bile.
- Qui vous confesse? Est-ce quelque Allemand?
Eh quoi! le jeûne est chose si facile!

Soupez le soir et jeûnez au dîner.
Cela me cause un léger mal de tête.
Ne jeûnez point. - Arnauld me fait jeûner.
Escobar dit qu'Arnauld n'est qu'une bête.

Fi des auteurs qu'on crut au temps jadis!
Qu'ont-ils d'égal aux maximes du nôtre?
Ils promettaient au plus un paradis.
En voici deux, pour ce monde et pour l'autre.

Google
 

ancre







W.Aractingi