Une fable au hasard

Les 12 livres

Les Fables

Tris de fables

Le bestiaire

Les personnages

Morales et maximes

Les sources

 Italien
 Allemand
 Anglais

Contact JMB
Envoyez une carte postale avec cette illustration
Signaler cette fable à un ami
Imprimer

Les lectures de JMB
Allez voir mes lectures.

Le Blog de JMB
Mes textes personnels






Le Cygne et le Cuisinier
 Livre III - Fable 12

Le rhéteur grec Aphtonius (IIIe siècle avant J.-C., auteur d’un recueil de fables à caractère pédagogique) a repris l’idée de cette fable à Esope (« Le Cygne pris pour une Oie »). Il a voulu en faire un éloge de l’éloquence. Guillaume Haudent en latin et Verdizotti en italien traiteront le même sujet (« Del Cigno e dell ‘Occa »). La Fontaine se basera sur le texte du secrétaire du Titien pour le début et la moralité de cette fable. Cette fin disait ceci « L’éloquence a souvent eu le pouvoir d’écarter les périls, et même la mort menaçante ».

          Dans une ménagerie
            De volatiles remplie 
            Vivaient le Cygne et l'Oison:
Celui-là destiné pour les regards du Maître; 
Celui-ci, pour son goût: l'un qui se piquait d'être

Commensal du jardin, l'autre de la maison. 
Des fossés du château faisant leurs galeries,
Tantôt on les eût vus côte à côte nager, 
Tantôt courir sur l'onde, et tantôt se plonger,
Sans pouvoir satisfaire à leurs vaines envies. 
Un jour le cuisinier, ayant trop bu d'un coup,
Prit pour oison le cygne; et le tenant au cou, 
Il allait l'égorger, puis le mettre en potage.
L'oiseau, prêt à mourir, se plaint en son ramage.
            Le cuisinier fut fort surpris, 
            Et vit bien qu'il s'était mépris. 
« Quoi! je mettrais, dit-il, un tel chanteur en soupe! 
Non, non, ne plaise aux dieux que jamais ma main coupe
            La gorge à qui s'en sert si bien!»

Ainsi dans les dangers qui nous suivent en croupe
            Le doux parler ne nuit de rien.


Ménagerie: Lieu ou l'on élevait des animaux pour les engraisser ou plus simplement pour le plaisir du maître des lieux. 

L'Oison: Oie mâle. 

Pour son goût: Le goût du maître. 

Commensal: Compagnon de table. 

Leurs galeries:  Lieu de promenade, souvent couvert et servant à la promenade. Les galeries se trouvaient habituellement sur le côté des habitations; 

On les eût vus: On aurait pu les voir. 

Trop bu d'un coup: Ayant bu un petit verre de trop. 

En: Dans le. 

Son ramage: Son chant. Voir « Le Corbeau et le Renard » (Livre I, fable 2, vers 7,8) « Sans mentir, si votre ramage / Se rapporte à votre plumage, [...]. Voir aussi « Le Paon se plaignant à Junon » « Tous sont contents de leur ramage. » (II, 17, vers 25). 

Un tel chanteur: La Fontaine fait allusion à l'expression « le chant du cygne » ou la dernière oeuvre d'un artiste avant de se taire définitivement. Lire à ce sujet la page que La Fontaine a écrite dans « Le Songe de Vaux », fragment IV des éditions posthumes). 

En croupe: « Le noir souci s'installe sur la trirème ornée d'airain, il monte en croupe derrière le cavalier » (Horace, « Odes », Livre III, vers 40). La Fontaine reprendra l'image dans son conte « Le Faucon », écrivant « Mais de ses feux la mémoire importune / Le talonnait ; toujours un double ennui / Allait en croupe à la chasse avec lui. »

Google
 

ancre





W. Aractingy 81 x 100 cm, Mars 1993

Voyez aussi cette fable illustrée par: