Une fable au hasard

Les 12 livres

Les Fables

Tris de fables

Le bestiaire

Les personnages

Morales et maximes

Les sources

 Italien
 Anglais

Contact JMB
Envoyez une carte postale avec cette illustration
Signaler cette fable à un ami
Imprimer

Les lectures de JMB
Allez voir mes lectures.

Le Blog de JMB
Mes textes personnels






Le Renard et les Raisins
 Livre III - Fable 11

Pour cette fable - la plus courte de La Fontaine - l’inspiration est fournie à la fois par l’apologue de même titre d’Esope et par « Le Renard et le Raisin » de Phèdre. Chez ce dernier, la fable est précédée par la maxime Le glorieux méprise ce qu’il ne peut avoir ».

Certain renard gascon, d'autres disent normand,(1)
Mourant presque de faim, vit au haut d'une treille (2)
            Des raisins mûrs apparemment (3),
            Et couverts d'une peau vermeille.
Le galand (4) en eut fait volontiers un repas;
            Mais comme il n'y pouvait point atteindre:
«Ils sont trop verts, dit-il, et bons pour des goujats.(5)»

            Fit-il pas mieux que de se plaindre?

(1) Il ne s’agit pas, chez La Fontaine, de vouloir à tout prix préciser l’ origine du renard mais bien plutôt de faire allusion à certaines caractéristiques régionales le Normand ne peut s’engager clairement (« P’ être bin qu’oui, p’têt bin qu’non), tandis que le Gascon ne veut pas perdre la face.
(2) L’ensemble des ceps qui grimpent le long d’un treillis, d’un mur,... Cf. « L’Ivrogne et sa Femme » « Un jour que celui-ci, plein du jus de la treille / ... » (Livre III, fable 7, vers 9).
(3) Selon toute apparence.
(4) Malin. Je rappelle qu’on écrivait indifféremment « galant » ou « galand » à l’époque.
(5) Valet employé dans l’armée. On le jugeait de goût grossier, voire vulgaire. D’où la signification dans ce poème.
Google
 

ancre





W. Aractingy 90 x 73 cm, Mars 1989

Voyez aussi cette fable illustrée par: