Une fable au hasard

Les 12 livres

Les Fables

Tris de fables

Le bestiaire

Les personnages

Morales et maximes

Les sources

 Italien
 Allemand
 Anglais

Contact JMB
Envoyez une carte postale avec cette illustration
Signaler cette fable à un ami
Imprimer

Les lectures de JMB
Allez voir mes lectures.

Le Blog de JMB
Mes textes personnels






Le Renard et le Bouc
 Livre III - Fable 5

La Fontaine suivra d’assez près l’apologue d’Esope (« Le Renard et le Bouc »), un récit assez naïf, plutôt que l’imitation de Phèdre, beaucoup plus sèche que celle du grec. C’est cette fable que La Fontaine prendra en exemple pour montrer l’utilité de ce genre littéraire et déclarer par la même occasion que des genres considérés comme plus nobles (l’histoire, par exemple) ont moins de portée pédagogique (relire à ce sujet la « Préface de La Fontaine ») (1668). La fable est à rapprocher, de par le stratagème utilisé, d’une autre fable de La Fontaine, « Le Loup et le Renard » (Livre XI, fable 6).

Capitaine Renard allait de compagnie
Avec son ami bouc des plus haut encornés:
Celui-ci ne voyait pas plus loin que son nez; 
L'autre était passé maître  en fait de tromperie. 
La soif les obligea de descendre en un puits.
            Là, chacun d'eux se désaltère. 
Après qu'abondamment tous deux en eurent pris,
Le renard dit au bouc:« Que ferons-nous compère? 
Ce n'est pas tout de boire, il faut sortir d'ici.
Lève tes pieds en haut et tes cornes aussi; 
Mets les contre le mur: Le long de ton échine 
            Je grimperai premièrement;
            Puis sur tes cornes m'élevant,
           A l'aide de cette machine,
            De ce lieu-ci je sortirai,
            Après quoi je t'en tirerai.
- Par ma barbe, dit l'autre, il est bon; et je loue
            Les gens bien sensés comme toi.
            Je n'aurais jamais, quant à moi, 
            Trouvé ce secret, je l'avoue.» 
Le renard sort du puits, laisse son compagnon, 
            Et vous lui fait un beau sermon 
            Pour l'exhorter à patience. 
«Si le ciel t'eût, dit-il, donné par excellence,
Autant de jugement que de barbe au menton, 
            Tu n'aurais pas, à la légère, 
Descendu dans ce puits. Or, adieu, j'en suis hors;
Tâche de t'en tirer et fais tous tes efforts; 
            Car, pour moi, j'ai certaine affaire 
Qui ne me permet pas d'arrêter en chemin.»

En toute chose il faut considérer la fin.


Encorné: Terme burlesque pour nommer le bouc, animal à cornes. 

Abondamment: Eurent bu de l'eau en abondance. 

A l'aide de cette machine: A l'aide de ce procédé. 

Par ma barbe: Formule de serment à double sens (déjà désuète au temps de La Fontaine). 

Il est bon: C'est bon ou ce plan est bon. 

Par excellence: Comme insigne distinction. 

Hors: Dehors, sorti du puits. Notez le trait d'humour ajouté par La Fontaine dans le jeu de sons. Or... hors..

Google
 

ancre





W. Aractingy 100 x 100 cm, Novembre 1994

Voyez aussi cette fable illustrée par: