Accueil des fables

Les 12 livres

Les Fables

Tris de fables

Le bestiaire

Les personnages

Morales et maximes

Les sources

 Italien
 Allemand
 Anglais

Contact JMB


La Chatte métamorphosée en Femme
 Livre II - Fable 18

Esope est, avec son apologue « La Chatte et Aphrodite », a la base de la fable de ce jour. Chez Esope, une jeune femme, éperdument amoureuse d ’un jeune homme demandait à Venus à se voir transformer en chatte. Mais la déesse met la belle à l’épreuve en lâchant une souris dans la chambre. Elle n’est pas sans faire penser à un autre poème de La Fontaine « La Souris métamorphosée en fille » (Livre IX, fable 7). Mais sa morale se rapproche de celle d’une autre fable « Le Loup et le Renard » (Livre XII, fable 9) (voir note 10 )

Un homme chérissait éperdument sa chatte ;
Il la trouvait mignonne, et belle, et délicate,
Qui miaulait d'un ton fort doux.
Il était plus fou que les fous.
Cet homme donc, par prières, par larmes,
Par sortilèges et par charmes,
Fait tant qu'il obtient du destin
Que sa chatte, en un beau matin,
Devient femme, et, le matin même,
Maître sot en fait sa moitié.
Le voilà fou d'amour extrême,
De fou qu'il était d'amitié.
Jamais la dame la plus belle
Ne charma tant son favori
Que fait cette épouse nouvelle
Son hypocondre de mari.
Il l'amadoue, elle le flatte;
Il n'y trouve plus rien de chatte,
Et poussant l'erreur jusqu'au bout,
La croit femme en tout et partout,
Lorsque quelques souris qui rongeaient de la natte
Troublèrent le plaisir des nouveaux mariés.
Aussitôt la femme est sur pieds.
Elle manqua son aventure.
Souris de revenir, femme d'être en posture :
Pour cette fois, elle accourut à point ;
Car ayant changé de figure,
Les souris ne la craignaient point.
Ce lui fut toujours une amorce,
Tant le naturel a de force.
Il se moque de tout, certain âge accompli:
Le vase est imbibé, l'étoffe a pris son pli.
En vain de son train ordinaire
On le veut désaccoutumer :
Quelque chose qu'on puisse faire,
On ne saurait le réformer.
Coups de fourche ni d'étrivières
Ne lui font changer de manières ;
Et fussiez-vous embâtonnés,
Jamais vous n'en serez les maîtres.
Qu'on lui ferme la porte au nez,
Il reviendra par les fenêtres.

Charme: Au sens classique, signifie enchantement, sortilège.

Maître sot: Ironie de La Fontaine : l’homme est passé maître es sottise.

Hypocondre signifie ici hypocondriaque dans le sens de fou, extravagant.

Il l'amadoue: Caresser en parlant du chat mais aussi flatter quelqu’un. La Fontaine joue sur les deux sens du terme.

En posture: En position de chat de guet, prêt à bondir.

L’amorce est - en langage de chasse - l’animal qui fait prendre la piste.

De son train ordinaire: De son allure ordinaire.

Les étrivières: Courroies reliant la selle aux étriers et qui servent facilement à frapper. Donner les étrières à quelqu’un signifie le battre avec une courroie.

Embâtonnées: Selon Furetière, il s’agit d’un « vieux mot qui signifiait autrefois un homme armé d’un bâton ».

Il reviendra par les fenêtres: Dans « Le Loup et le Renard » (Livre XII, fable 9), nous lisons une morale semblable : « Que sert-il qu’on se contrefasse ? / Prétendre ainsi changer est une illusion : / L’on reprend sa première trace / A la première occasion. » (vers 61-64).

ancre





W. Aractingy 81 x 100 cm, Mars 1993

Voyez aussi cette fable illustrée par:





Découvrez le premier roman de JM Bassetti, en version numérique ou en version papier sur le site https://www.jemappellemo.fr



Retrouvez tous les textes de JM Bassetti sur son sité dédié : https://www.amor-fati.fr