Une fable au hasard

Les 12 livres

Les Fables

Tris de fables

Le bestiaire

Les personnages

Morales et maximes

Les sources

 Italien
 Allemand
 Anglais

Contact JMB
Envoyez une carte postale avec cette illustration
Signaler cette fable à un ami
Imprimer

Les lectures de JMB
Allez voir mes lectures.

Le Blog de JMB
Mes textes personnels






La Colombe et la Fourmi
 Livre II - Fable 12

Cette fable doit être considérée comme la jumelle de la précédente. De nombreux éditeurs écrivent les deux titres à la suite l’un de l’autre et font suivre immédiatement « Le Lion et le Rat » par « La Colombe et la Fourmi », plaçant un simple intervalle entre les deux fables. La Fontaine a pris thème chez Esope (« La Fourmi et la Colombe »).

L'autre exemple est tiré d'animaux plus petits.
 

Le long d'un clair ruisseau buvait une colombe,
Quand sur l'eau se penchant une fourmis y tombe;
Et dans cet océan l'on eût vu la fourmis
S'efforcer, mais en vain, de regagner la rive.
La colombe aussitôt usa de charité:
Un brin d'herbe dans l'eau par elle étant jeté,
Ce fut un promontoire où la fourmis arrive.
            Elle se sauve ; et là-dessus
Passe un certain croquant qui marchait les pieds nus.
Ce croquant, par hasard, avait une arbalète.
            Dès qu'il voit l'oiseau de Vénus,
Il le croit en son pot, et déjà lui fait fête.
Tandis qu'à le tuer mon villageois s'apprête,
            La fourmis le pique au talon.
            Le vilain retourne la tête.
La colombe l'entend, part et tire de long.
Le soupé du croquant avec elle s'envole :
            Point de pigeon pour une obole.


Une fourmis : cette graphie est nécessaire afin d’éviter tout hiatus. Cette graphie, que nous retrouvons telle dans tout le texte - mais différente dans le titre - est aussi indispensable pour le nombre de pieds.

La charité est la principale vertu théologale. La Fontaine veut ici insérer un caractère chrétien à sa fable.

Un croquant : le terme, comme plus bas celui de vilain (note 5), indique un paysan, un homme du petit peuple qui n’a qu’un croc pour travailler la terre.

L'oiseau de Vénus: La colombe était l’oiseau consacré à la déesse de l’Amour.

Le vilain:  Voir ci-dessus, note 3.

Tire de long: S’enfuit.

Soupé: Trois graphies correctes à l’époque de La Fontaine : soupé ou souper ou encore soupée.

L’obole est, au départ, une monnaie athénienne de peu de valeur (la sixième partie de la drachme. C’est cette monnaie que l’on plaçait à l’intérieur de la bouche des mort afin qu’ils puissent payer à Caron le passage du fleuve des Enfers, le Styx.

Google
 

ancre





W. Aractingy 100 x 100 cm, Mars 1990

Voyez aussi cette fable illustrée par: