Accueil des fables

Chercher une fable

Les 12 livres

Les Fables

Tris de fables

Le bestiaire

Les personnages

Morales et maximes

Les sources

 Italien
 Allemand
 Anglais

Contact JMB
Envoyez une carte postale avec cette illustration
Signaler cette fable à un ami
Imprimer


Du Thésauriseur et du Singe
 Livre XII - Fable 3

Diverses sources anciennes ou modernes reprennent un thème similaire à celui développé dans cette fable, par exemple, une anecdote de Nicolas de Pergame ou encore « Les facétieuses nuits » de Straparole. Néanmoins, les différences entre ces deux textes et celui de La Fontaine sont importantes, tant dans la moralité que dans le choix des personnages. Si le fabuliste a assurément puisé à ces sources - et à bien d’autres - il a, c’est certain, imaginé le meilleur de cette fable. De plus, l’idée d’une justice ultime, présente chez Straparole est supprimée par La Fontaine. Nous noterons encore une fois l’aversion du poète pour l’avarice et plus encore pour ceux qui « accumulent ». L’édition du « Mercure galant » de 1691 indique « On sait que cette ardeur / Va toujours jusqu’à la fureur » (vers 1 et 2) dans laquelle nous noterons bien sûr les mots « ardeur » et « fureur ».

Un homme accumulait. On sait que cette erreur
                Va souvent jusqu'à la fureur.
Celui-ci ne songeait que ducats et pistoles.
Quand ces biens sont oisifs, je tiens qu'ils sont frivoles.
                Pour sûreté de son trésor,
Notre avare habitait un lieu dont Amphitrite
Défendait aux voleurs de toutes parts l'abord.
Là, d'une volupté selon moi fort petite,
Et selon lui fort grande, il entassait toujours
                Il passait les nuits et les jours
A compter, calculer, supputer sans relâche,
Calculant, supputant, comptant comme à la tâche
Car il trouvait toujours du mécompte à son fait.
Un gros singe, plus sage, à mon sens, que son maître
Jetait quelque doublon toujours  par la fenêtre,
                Et rendait le compte imparfait
                La chambre, bien cadenassée,
Permettait de laisser l'argent sur le comptoir.
Un beau jour, Dom Bertrand  se mit dans la pensée
D'en faire un sacrifice au liquide manoir.
                Quant à moi, lorsque je compare
Les plaisirs de ce singe à ceux de cet avare,
Je ne sais bonnement auxquels donner le prix
Dom Bertrand gagnerait près de certains esprits ;
Les raisons en seraient trop longues à déduire.
Un jour donc l'animal qui ne songeait qu'à nuire,
Détachait du monceau, tantôt quelque doublon,
                Un jacobus, un ducaton,
                Et puis quelque noble à la rose ;
Eprouvait son adresse et sa force à jeter
Ces morceaux de métail  qui se font souhaiter
                Par les humains sur toute chose.
S'il n'avait entendu son compteur à la fin
                Mettre la clé dans la serrure,
Les ducats auraient tous pris le même chemin,
                Et couru la même aventure ;
Il les aurait fait tous voler jusqu'au dernier
Dans le gouffre enrichi par maint et maint naufrage.
 

Dieu veuille préserver maint et maint financier
               Qui n'en fait pas meilleur usage!


Sont oisifs : ils ne rapportent rien.

Amphitrite: Déesse grecque de la mer, épouse de Poséïdon. Le lieu défendu par la déesse est donc une île.

Toujours: Variante de 1691 et 1696 : « souvent ».

Un gros singe, plus sage, à mon sens:Variante des éditions de 1696 (édition posthume) : « Un gros singe, à mon sens, plus sage ».

Toujours: Variante de 1691 et 1696 : « quelques doublons souvent ».

Dom Bertrand: Nom souvent donné par La Fontaine au singe (voir Le Singe et le Léopard  et  Le Singe et le Chat).

Liquides manoirs: Voir, dans le conte  La Fiancée du roi de Garbe , le même hémistiche : « Et du dieu qui préside aux liquides manoirs », ou encore la fable  Le Fermier, le Chien et le Renard  (vers 31-32) : « Peu s’en fallut que le soleil / Ne rebroussât d’horreur vers le manoir liquide ».

Auxquels: Variante de 1691, 1696 : « auquel. ».

Jacobus : monnaie d’or anglaise ; elle valait quatre livres six sous-ducaton : ducat d’argent vénitien valant un demi ducat.

Rose: Sorte de monnaie d’or, grande et large comme un fort écu d’or, sous François Ier. Richelet note : « Il avait au milieu une manière de rose enjolivée de petites couronnes de fleurs de lis, et autres agréments. Ce noble à la rose pesait six deniers et valait cent dix sous ».

Métail : au temps de La Fontaine, autre manière de dire ou d’écrire métal » particulièrement appréciée du fabuliste.

Importante variante dans les éditions de 1691 et 1696 : « S’il n’eût ouï l’homme rentrer, / Eût jeté sans considérer / L’estime que l’on fait des biens de cette espèce, / Tous ces beaux ducats pièce à pièce ; / Il les eût fait voler tous jusqu’au dernier ».

Fait: Variante 1691 et 1696 : « font ».

ancre





W. Aractingy

Voyez aussi cette fable illustrée par:





Découvrez le premier roman de JM Bassetti, en version numérique ou en version papier sur le site https://www.jemappellemo.fr



Retrouvez tous les textes de JM Bassetti sur son sité dédié : https://www.amor-fati.fr