Accueil des fables

Chercher une fable

Les 12 livres

Les Fables

Tris de fables

Le bestiaire

Les personnages

Morales et maximes

Les sources

 Allemand
 Italien
 Anglais

Contact JMB
Envoyez une carte postale avec cette illustration
Signaler cette fable à un ami
Imprimer


Rien de trop
 Livre IX - Fable 11

Les passants pouvaient lire, au fronton du temple de Delphes, en Grèce, sur le versant sud-ouest du Parnasse, la devise fameuse « Connais-toi toi-même... ». Une autre devise célèbre s’inscrivait sur ce même sanctuaire « Rien de trop » (« Ne quid minis »). Cette maxime a été reprise par Horace (« Satires », livre I, 1) « De la mesure en toute chose ».
Les exemples illustrant « Rien de trop » proviennent de sources diverses. Ainsi, celui traitant des épis est emprunté aux « Georgiques » de Virgile ((I, 1), tandis que le second résume un apologue d’Abstémius « Les Moutons qui tondaient les moissons d’une façon immodérée »). En bon épicurien, La Fontaine reconnaît cependant, aux deux derniers vers, que les déséquilibres qu’il dénoncent ne peuvent être étranger à quiconque.

            Je ne vois point de créature
            Se comporter modérément.
            Il est certain tempérament
            Que le maître de la nature
Veut que l'on garde en tout. Le fait-on ? nullement.
Soit en bien, soit en mal, cela n'arrive guère.
Le blé, riche présent de la blonde Céres,
Trop touffu bien souvent, épuise les guérets :
En superfluités s'épandant d'ordinaire,
            Et poussant trop abondamment,
            Il ôte à son fruit l'aliment.
L'arbre n'en fait pas moins : tant le luxe sait plaire !
Pour corriger le blé, Dieu permit aux moutons
De retrancher l'excès des prodigues moissons :
            Tout au travers ils se jetèrent,
            Gâtèrent tout et tout broutèrent ;
            Tant que le ciel permit aux loups
D'en croquer quelques-uns : ils les croquèrent tous ;
S'ils ne le firent pas, du moins ils y tâchèrent.
            Puis le ciel permit aux humains
De punir ces derniers : les humains abusèrent
            A leur tour des ordres divins.
De tous les animaux, l'homme a le plus de pente
            A se porter dedans l'excès.
            Il faudrait faire le procès
Aux petits comme aux grands. Il n'est âme vivante
Qui ne prêche en ceci. « Rien de trop » est un point
Dont on parle sans cesse, et qu'on n'observe point.

Tempérament : il s’agit de la « juste mesure » que défendait Horace dans « Satires », Livre I).

Le blé, riche présent.... : Dans « Psyché », La Fontaine écrira : « De blé, riche présent qu’à l’ homme ont fait les cieux ». Nous pourrions citer Bensserade (« Métamorphose d’Ovide en rondeaux » : « D’un grand secours sont les riches présents / Que fait Cérès aux humains tous les ans. » (cité dans « La Fontaine - Œuvres complètes, tome I ; Fables, contes et nouvelles » édition établie, présentée et annotée par Jean-Pierre Collinet ; NRF Gallimard ; Bibliothèque de La Pléiade ; 1991, p. 1233).

Cérès : La déesse romaine des moissons qui correspond à la Déméter grecque.

« L’excès des prodigues moissons » est un emprunt fait à Virgile « Géorgiques », I, 112) : « faire brouter l’herbe tendre encore, l’excessive richesse des moissons ».

De tous les animaux : de tous les êtres animés.

ancre





Gustave Doré

Voyez aussi cette fable illustrée par:





Découvrez le premier roman de JM Bassetti, en version numérique ou en version papier sur le site https://www.jemappellemo.fr



Retrouvez tous les textes de JM Bassetti sur son sité dédié : https://www.amor-fati.fr