Une fable au hasard

Les 12 livres

Les Fables

Tris de fables

Le bestiaire

Les personnages

Morales et maximes

Les sources

 Allemand
 Italien
 Anglais

Contact JMB
Envoyez une carte postale avec cette illustration
Signaler cette fable à un ami
Imprimer

Les lectures de JMB
Allez voir mes lectures.

Le Blog de JMB
Mes textes personnels






L' Huître et les Plaideurs
 Livre IX - Fable 9

Nous trouvons cette fable dans l’ « Epitre II » de Boileau. L’auteur de l’ Art poétique l’aurait entendue de son père qui la tenait de la comédie italienne. La Fontaine fera déjà allusion à « L’Huître et les Plaideurs » dans « Les Frelons et les Mouches à miel » (I, 21, vers 37-38), écrivant On a fait tant, à la fin, que l’huître est pour le juge, / Les écailles pour les plaideurs ». Ceci qui semble bien démontrer l’antériorité de cette fable sur le texte de Boileau puisque la pièce « Les Frelons... » a été écrite en 1668 alors que l’ « Epîtres I » date  de 1670.

Un jour deux pèlerins sur le sable rencontrent
Une huître, que le flot y venait d'apporter :
Ils l'avalent des yeux, du doigt ils se la montrent ;
A l'égard de la dent il fallut contester.
L'un se baissait déjà pour amasser la proie ;
L'autre le pousse et dit : « Il est bon de savoir
            Qui de nous en aura la joie.
Celui qui le premier a pu l'apercevoir
En sera le gobeur; l'autre le verra faire.
            - Si par là l'on juge l'affaire,
Reprit son compagnon, j'ai l'oeil bon, Dieu merci.
            - Je ne l'ai pas mauvais aussi,
Dit l'autre ; et je l'ai vue avant vous, sur ma vie.
- Eh bien, vous l'avez vue ; et moi, je l'ai sentie.»
            Pendant tout ce bel incident,
Perrin Dandin arrive : ils le prennent pour juge.
Perrin, fort gravement, ouvre l'huître et la gruge,
            Nos deux messieurs le regardant.
Ce repas fait, il dit d'un ton de président :
« Tenez, la cour vous donne à chacun une écaille
Sans dépens, et qu'en paix chacun chez soi s'en aille. »

Mettez ce qu'il en coûte à plaider aujourd'hui ;
Comptez ce qu'il en reste à beaucoup de familles,
Vous verrez que Perrin tire l'argent à lui,
Et ne laisse aux plaideurs que le sac et les quilles.


Amasser : ramasser.

A pu l'apercevoir: :  Edition de 1671 : « a du l’apercevoir ».

Perrin Dandin : on se souvient qu’un juge (un apointeur de procès) de Rabelais s’appelle Perrin Dendin (Tiers-Livre, chapitre XLI : « Comment Bridoye narre l’histoire de l’apoincteur de procès ») tandis que celui de la
critique des mœurs judiciaires « Les Plaideurs » (1668) de Racine porte, comme le juge de La Fontaine, le nom de Perrin Dandin.

La gruge:  La mange, l’avale.

Que le sac et les quilles: Les congédier, les chasser. Un proverbe disait : « Donner à quelqu’un son sac et ses quilles », leur dire de prendre « leurs cliques et leurs claques ».

Google
 

ancre





W. Aractingy

Voyez aussi cette fable illustrée par: