Une fable au hasard

Les 12 livres

Les Fables

Tris de fables

Le bestiaire

Les personnages

Morales et maximes

Les sources

 Allemand
 Italien
 Anglais

Contact JMB
Envoyez une carte postale avec cette illustration
Signaler cette fable à un ami
Imprimer

Les lectures de JMB
Allez voir mes lectures.

Le Blog de JMB
Mes textes personnels






Le Singe et le Léopard
 Livre IX - Fable 3

Plusieurs versions antérieures traitent d’un sujet inspiré par un texte d’ Esope « Le Renard et la Panthère ». La Fontaine sera le premier à remplacer le renard de tous les auteurs précédents par un singe. Ne retrouvons-nous pas ici une parodie des disputes entre sophistes, masquée sous l’image de saltimbanques de foire (la foire de Saint-Germain, la plus célèbre de toutes) ? Les textes attestent de la présence en ce lieu d’un certain Gilles mais aussi d’un Bertrand, ce dernier étant animateur et directeur d’une petite troupe d’acrobates. (voir, à ce sujet, la note 3 ci-dessous).

Le singe avec le léopard
            Gagnaient de l'argent à la foire.
         Ils affichaient chacun à part.
L'un d'eux disait : « Messieurs, mon mérite et ma gloire
Sont connus en bon lieu ; le roi m'a voulu voir ;
            Et, si je meurs, il veut avoir
Un manchon de ma peau ; tant elle est bigarrée,
            Pleine de taches, marquetée,
            Et vergetée, et mouchetée ! »
La bigarrure plaît. Partantchacun le vit.
Mais ce fut bientôt fait, bientôt, chacun sortit.
Le singe, de sa part, disait : « Venez, de grâce ;
Venez, Messieurs. Je fais cent tours de passe-passe.
Cette diversité dont on vous parle tant,
Mon voisin léopard l'a sur soi seulement ;
Moi, je l'ai dans l'esprit : votre serviteur Gille,
            Cousin et gendre de Bertrand
         Singe du papeen son vivant,
            Tout fraîchement en cette ville
Arrive en trois bateaux , exprès pour vous parler ;
Car il parle, on l'entend : il sait danser, baller
         Faire des tours de toute sorte
Passer en des cerceaux ; et le tout pour six blancs
Non, Messieurs, pour un sou ; si vous n'êtes contents
Nous rendrons à chacun son argent à la porte. »

Le singe avait raison. Ce n'est pas sur l'habit
Que la diversité me plaît ; c'est dans l'esprit :
L'une fournit toujours des choses agréables ;
L'autre en moins d'un moment lasse les regardants.
Ô ! que de grands seigneurs au léopard semblables,
         N'ont que l'habit pour tous talents!


Ils affichaient chacun à part: Ils présentaient leur numéro chacun de son côté.

Partant:  Par conséquent.

Bertrand: Nous retrouvons ce nom attribué au singe dans « Le Singe et le Chat »(Livre IX, fable 17, vers 1) et dans « Du Thésauriseur et du Singe » (Livre XII, fable 3, vers 19).

Singe du Pape: Allusion au célèbre singe du pape Jules II (1443-1513 - Pape de 1503 à sa mort) ; il fut le moteur de la ligue contre la France ; il protégea Michel-Ange et Raphaël. L’expression « singe du pape » pourrait se remplacer, dans le langage courant, par « fou du roi ».

Arrive en trois bateaux: Référence à Rabelais dans « Gargantua » : « Et fut amenée [la jument de Grandgousier] par mer, en troyes carracques et un brigantin, jusques au port de Olone en Thalmondoys. » (« Rabelais - Œuvres complètes » - Edition établie et annotée par Jacques Boulenger, revue et complétée par Lucien Scheler - NRF - Bibliothèque de la Pléiade - 1955, p. 52). (Note : Une carracque est un grand bateau gênois ; un brigantin est une petite galère de guerre).

Baller : danser, pas comme n’importe qui, mais comme un danseur de ballet.

Faire de tours de toutes sortes: Cf. le conte « Le petit Chien qui secoue de l’argent et des pierreries »: « Il entend tout, il parle, il danse, il fait cent tours. » (« La Fontaine - Œuvres complètes, tome I » ; préface par E. Pilon ; édition établie et annotée par R. Groos et J. Schiffrin ; NRF  Gallimard ; bibliothèque de la Pléiade ; 1954, p. 535).

Six blancs : deux sous et demi ou trente deniers. Le « petit blanc » ou « demi-blanc » valait dix deniers.

O que de grands seigneurs...Le texte de l’édition de 1679 se terminait ainsi : « Oh ! que de grands seigneurs au léopard semblables / Bigarrés en dehors, ne sont rien en dedans ». Voir aussi la fable « Le Renard et le Buste » (Livre IV, fable 14, vers 12) : « Combien de grands seigneurs sont bustes en ce point !»,c'est-à-dire n’ont pas de cervelle, comme le buste qui est creux.

Google
 

ancre





W. Aractingy

Voyez aussi cette fable illustrée par: