Une fable au hasard

Les 12 livres

Les Fables

Tris de fables

Le bestiaire

Les personnages

Morales et maximes

Les sources

 Allemand
 Italien
 Anglais

Contact JMB
Envoyez une carte postale avec cette illustration
Signaler cette fable à un ami
Imprimer

Les lectures de JMB
Allez voir mes lectures.

Le Blog de JMB
Mes textes personnels






Le Torrent et la Rivière
 Livre VIII - Fable 23

Bien des auteurs ont repris à leur compte l’opposition rivière-torrent que nous retrouvons dans la pièce de ce jour. Citons, entre autres, Plutarque (dans « Les vies des hommes illustres »), Boileau (« L’Art poétique ») ou encore Molière (« Le Tartuffe »). Mais c’est chez Abstémius (dans « Le Paysan qui voulait passer une rivière ») que nous retrouvons l’inspiration de La Fontaine. On peut dire que le fabuliste de Château-Thierry a voulu écrire une pièce sur le thème « Méfiez-vous de l’eau qui dort ». Une fois de plus, La Fontaine s’inspirait de réalités politiques du temps. Mais il a traité les personnages à la manière de La Bruyère. Ce sont des « caractères » au sens ou l’auteur des portraits considère le vantard (le Torrent de La Fontaine) ou le doucereux hypocrite (dans ce cas, la Rivière).

Certains dangers sautent aux yeux (le Chat pour le Rat, Livre VIII, fable 22, par exemple) ; d’autres sont plus subtils ; un exemple en est donné dans cette fable.


Avec grand bruit et grand fracas
            Un torrent tombait des montagnes :
Tout fuyait devant lui : l'horreur suivait ses pas ;
            Il faisait trembler les campagnes.
            Nul voyageur n'osait passer
            Une barrière si puissante :
Un seul vit des voleurs ; et, se sentant presser,
Il mit entre eux et lui cette onde menaçante.
Ce n'était que menace et bruit sans profondeur:
            Notre homme enfin n'eut que la peur.
            Ce succès lui donnant courage,
Et les mêmes voleurs le poursuivant toujours,
            Il rencontra sur son passage
            Une rivière dont le cours,
Image d'un sommeil doux, paisible et tranquille,
Lui fit croire d'abord ce trajet fort facile :
Point de bords escarpés, un sable pur et net.
            Il entre ; et son cheval le met
A couvert des voleurs, mais non de l'onde noire :
            Tous deux au Styx allèrent boire;
            Tous deux, à nager malheureux,
Allèrent traverser, au séjour ténébreux,
       Bien d'autres fleuves que les nôtres.

            Les gens sans bruit sont dangereux
       Il n'en est pas ainsi des autres.


L'Honneur suivait ses pas: Dans l’édition non corrigée de 1678, la fable commençait ainsi : « D’un bruit au loin porté tombait avec fracas / Un torrent entre des montagnes. /L’image du danger accompagnait ses pas. »

Le Styx: Dans la mythologie grecque, ce fleuve entoure les Enfers et en fait sept fois le tour.

Le Léthé: ce fleuve des Enfers qui apportait l’oubli aux âmes des morts ou l’Achéron. Mais le terme "d’autres " peut avoir aussi un sens divergent, celui de « d’un genre différent ».

Moralité de la fable: A rapprocher de la moralité du « Cochet, le Chat et le Souriceau » (Livre VI, fable 5) : Garde-toi, tant que tu vivras, / De juger les gens sur la mine ».

Google
 

ancre





Gustave Doré

Voyez aussi cette fable illustrée par: