Une fable au hasard

Les 12 livres

Les Fables

Tris de fables

Le bestiaire

Les personnages

Morales et maximes

Les sources

 Italien
 Allemand
 Anglais

Contact JMB
Envoyez une carte postale avec cette illustration
Signaler cette fable à un ami
Imprimer

Les lectures de JMB
Allez voir mes lectures.

Le Blog de JMB
Mes textes personnels






Le Cochon la Chèvre et le Mouton
 Livre VIII - Fable 12

Deux fables d’Esope se trouvent à la base de cette pièce « Le Cochon et les Moutons » qui, à travers la version d’Aphthonios inspira fortement La Fontaine et « Le Cochon et le Renard ». Ces deux apologue ont été traduits précédemment par Névelet (en 1610). Une tradition remontant à Diogène Laërce prête au cochon l’aptitude à rester calme et à continuer à se nourrir dans les moments difficiles comme, par exemple, une tempête mettant à mal le navire sur lequel l’animal est monté.

Une chèvre, un mouton, avec un cochon gras,
Montés sur un même char, s'en allaient à la foire.
Leur divertissement ne les y portait pas ;
On s'en allait les vendre, à ce que dit l'histoire :
Le charton n'avait pas dessein
De les mener voir Tabarin.
Dom pourceau criait en chemin
Comme s'il avait eu cent bouchers à ses trousses.
C'était une clameur à rendre les gens sourds.
Les autres animaux, créatures plus douces,
Bonnes gens, s'étonnaient qu'il criât au secours;
Ils ne voyaient nul mal à craindre.
Le charton dit au porc :« Qu'as-tu tant à te plaindre ?
Tu nous étourdis tous : que ne te tiens-tu coi?
Ces deux personnes-ci, plus honnêtes que toi,
Devraient t'apprendre à vivre ou du moins à te taire :
Regarde ce mouton, a-t-il dit un seul mot?
Il est sage. - Il est sot,
Repartit le cochon : s'il savait son affaire,
Il crierait, comme moi, du haut de son gosier;
Et cette autre personne honnête
Crierait tout du haut de sa tête.
Ils pensent qu'on les veut seulement décharger,
La chèvre de son lait, le mouton de sa laine:
Je ne sais pas s'ils ont raison ;
Mais quant à moi qui ne suis bon
Qu'à manger, ma mort est certaine.
Adieu mon toit et ma maison.»

Dom pourceau raisonnait en subtil personnage.
Mais que lui servait-il ? Quand le mal est certain,
La plainte ni la peur ne changent le destin
Et le moins prévoyant est toujours le plus sage.

Charton: ancien mot pour celui qui mène une charrette.

Tabarin: célèbre bateleur, comédien et auteur de théâtre de foire qui se produisait régulièrement sur le Pont-Neuf ou la place Dauphine. Il était fréquemment accompagné par un vendeur d’onguents appelé Mondor. Son nom restera associé, par antonomase à l’appellation de 'bateleur'.

Dom: titre donné à certains abbés ; ici le mot est employé ironiquement.

Que lui servait-il ?,: A quoi lui servait-il ?

La plainte ni la peur...:  A comparer avec le « Fit-il pas mieux que de se plaindre ? » ( Le Renard et les raisins ).

Google
 

ancre





W. Aractingy

Voyez aussi cette fable illustrée par: