Une fable au hasard

Les 12 livres

Les Fables

Tris de fables

Le bestiaire

Les personnages

Morales et maximes

Les sources

 Italien
 Allemand
 Anglais

Contact JMB
Envoyez une carte postale avec cette illustration
Signaler cette fable à un ami
Imprimer

Les lectures de JMB
Allez voir mes lectures.

Le Blog de JMB
Mes textes personnels






Le Rieur et les Poissons
 Livre VIII - Fable 8

Abstémius inspire La Fontaine qui suit d’assez près le schéma de l’Italien (« L’Homme qui interrogeait les petits poissons sur la mort de son père »). Chez Abstémius, le sujet principal de l’histoire est un savant dînant chez un prince.

On cherche les rieurs, et moi je les évite.
Cet art veut, sur tout autre, un suprême mérite:
            Dieu ne créa que pour les sots
            Les méchants diseurs de bons mots.
            J'en vais peut-être en une fable
            Introduire un; peut-être aussi
Que quelqu'un trouvera que j'aurai réussi.
            Un rieur était à la table
        D'un financier, et n'avait en son coin
Que de petits poissons: tous les gros étaient loin.
Il prend donc les menus, puis leur parle à l'oreille,
            Et puis il feint, à la pareille
D'écouter leur réponse. On demeura surpris;
            Cela suspendit les esprits.
            Le rieur alors, d'un ton sage,
            Dit qu'il craignait qu'un sien ami,
            Pour les grandes Indes parti,
            N'eut depuis un an fait naufrage;
Il s'en informait donc à ce menu fretin ;
Mais tous lui répondaient qu'ils n'étaient pas d'un âge
            A savoir au vrai son destin;
            Les gros en sauraient davantage.
«N'en puis-je donc, Messieurs, un gros interroger?»
            De dire si la compagnie
            Prit goût à sa plaisanterie,
J'en doute; mais enfin, il les sut engager
A lui servir d'un monstre assez vieux pour lui dire
Tous les noms des chercheurs de mondes inconnus
            Qui n'en étaient pas revenus,
Et que depuis cent ans, sous l'abîme avaient vus
            Les anciens du vaste empire.


Les rieurs: Ceux qui aiment raconter des histoires qui font rire.
Les méchants: Collinet les définit comme de « froids bouffons » (« La Fontaine -Œuvres complètes, tome I ; Fables, contes et nouvelles » édition établie,présentée et annotée par Jean-Pierre Collinet ; NRF Gallimard ; Bibliothèque de La Pléiade ; 1991, p. 1199). Furetière les définit, lui, au sens de ineptus » et non « improbus ».
Les menus: Les petits poissons.
A la pareille:  De pareille manière.
Les grandes Indes:  L’Amérique.
à: Auprès de.
Fretin: Diminutif de « fret », signifiant « débris ».
Les anciens: Les vieux poissons.
Google
 

ancre





W. Aractingy

Voyez aussi cette fable illustrée par: