Accueil des fables

Les 12 livres

Les Fables

Tris de fables

Le bestiaire

Les personnages

Morales et maximes

Les sources

 Italien
 Allemand
 Anglais

Contact JMB


Les deux Coqs
 Livre VII - Fable 13

La source de cette fable est évidemment Esope (Les deux coqs et l'Aigle). Voici la traduction française extraite du Millot reprise sous le titre «Les coqs»( page 160):
«Deux coqs se combattaient pour savoir qui demeurerait le mari des poules, l'un tourna l'autre en fuite, et le vaincu s'alla cacher dans un couloir obscur. Mais le vainqueur, se dressant sur ses ergots, et s'en allant percher sur une muraille haute, criait à haute voix, et au même instant, un aigle qui passait par là le ravit. Dès lors, celui qui y était caché ès ténèbres jouit des poules sans crainte ni danger. Le sens moral: la fable signifie que Dieu résiste aux superbes et donne grâce aux humbles.»

Deux coqs vivaient en paix: une poule survint,
            Et voilà la guerre allumée.
Amour, tu perdis Troie;et c'est de toi que vint
            Cette querelle envenimée
Où du sang des Dieux même on vit le Xanthe teint.
Longtemps entre nos coqs le combat se maintint;)
Le bruit s'en répandit par tout le voisinage:
La gent qui porte crête au spectacle accourut.
            Plus d'une Hélène au beau plumage
Fut le prix du vainqueur. Le vaincu disparut:
Il alla se cacher au fond de sa retraite,
            Pleura sa gloire et ses amours,
Ses amours qu'un rival, tout fier de sa défaite,
Possédait à ses yeux. Il voyait tous les jours
Cet objet rallumer sa haine et son courage;
Il aiguisait son bec, battait l'air et ses flancs,
            Et, s'exerçant contre les vents,
            S'armait d'une jalouse rage.
Il n'en eut pas besoin. Son vainqueur sur les toits
        S'alla percher, et chanter sa victoire.
            Un vautour entendit sa voix;
            Adieu les amours et la gloire;
Tout cet orgueil périt sous l'ongle du vautour
            Enfin, par un fatal retour
            Son rival autour de la poule
            S'en revint faire le coquet:
            Je laisse à penser quel caquet;
            Car il eut des femmes en foule.

La fortune se plaît à faire de ces coups;
Tout vainqueur insolent à sa perte travaille.
Défions-nous du Sort, et prenons garde à nous
            Après le gain d'une bataille.

Tu perdis Troie: Evocation de la guerre de Troie causée par l'amour de Pâris et d'Hélène.

On vit le Xanthe teint: Mars et Vénus ayant pris part au siège de Troie furent blessés par Diomède. Le Xanthe, fleuve qui arrose la plaine de Troie, fut témoin de combats acharnés.

Le combat se maintint: Demeura indécis.

Et, s'exerçant contre le vent...: Il fait l'essai de ses forces, il prépare ses armes à devenir l'instrument de sa colère, «il frappe de ses coups les vents»

L'ongle du vautour: Petite erreur de La Fontaine, car, d'après Richelet, ce terme ne s'emploie que pour les oiseaux qui ne sont pas des rapaces.

Coquet: Signifie galant, mais coquet est également un mot de la famille de coq, ce qui le rend encore plus puissant ici.

ancre





W. Aractingy

Voyez aussi cette fable illustrée par:





Découvrez le premier roman de JM Bassetti, en version numérique ou en version papier sur le site https://www.jemappellemo.fr



Retrouvez tous les textes de JM Bassetti sur son sité dédié : https://www.amor-fati.fr