Une fable au hasard

Les 12 livres

Les Fables

Tris de fables

Le bestiaire

Les personnages

Morales et maximes

Les sources

 Italien
 Allemand
 Anglais

Contact JMB
Envoyez une carte postale avec cette illustration
Signaler cette fable à un ami
Imprimer

Les lectures de JMB
Allez voir mes lectures.

Le Blog de JMB
Mes textes personnels






La Laitière et le pot au lait
 Livre VII - Fable 10

La Fontaine tire son inspiration d’une nouvelle de Bonaventure des Périers parue en 1558 sous le titre “Nouvelles récréations et joyeux devis” mais aussi chez Jacques Régnier et dans diverses nouvelles orientales. La Fontaine y ajoute cependant de nombreux détails d’époque comme celle des laitières qui portaient le lait à la ville.

Perrette, sur sa tête ayant un pot de lait
           Bien posé sur un coussinet,
Prétendait arriver sans encombre à la ville.
Légère et court vêtue, elle allait à grands pas,
Ayant mis ce jour-là, pour être plus agile,
            Cotillon simple et souliers plats.
            Notre laitière ainsi troussée
            Comptait déjà dans sa pensée
Tout le prix de son lait; en employant l'argent;
Achetait un cent d'oeufs, faisait triple couvée:
La chose allait à bien par son soin diligent.
            «Il m'est, disait-elle, facile
D'élever des poulets autour de ma maison;
            Le renard sera bien habile
S'il ne m'en laisse assez pour avoir un cochon.
Le porc à s'engraisser coûtera peu de son;
Il était, quand je l'eus, de grosseur raisonnable:
J'aurai, le revendant, de l'argent bel et bon.
Et qui m'empêchera de mettre en notre étable,
Vu le prix dont il est, une vache et son veau,
Que je verrai sauter au milieu du troupeau?"
Perrette, là-dessus, saute aussi, transportée:
Le lait tombe; adieu veau, vache, cochon, couvée.
La dame de ces biens, quittant d'un oeil marri
            Sa fortune ainsi répandue,
            Va s'excuser à son mari,
            En grand danger d'être battue.
            Le récit en farce en fut fait;
            On l'appela le pot au lait.

            Quel esprit ne bat la campagne?
            Qui ne fait châteaux en Espagne?
Picrochole, Pyrrhus, la laitière, enfin tous,
            Autant les sages que les fous.
Chacun songe en veillant; il n'est rien de plus doux:
Une flatteuse erreur emporte alors nos âmes;
            Tout le bien du monde est à nous,
            Tous les honneurs, toutes les femmes.
Quand je suis seul, je fais aux plus braves un défi;
Je m'écarte, je vais détrôner le Sophi;
            On m'élit roi, mon peuple m'aime;
Les diadèmes vont sur ma tête pleuvant:
Quelque accident fait-il que je rentre en moi-même,
            Je suis Gros-Jean comme devant.

Troussée: Habillée

Picrochole: Voir "Gargantua" de Rabelais. Le personnage s’imagine pouvoir se rendre maître de l’univers par ses conquêtes.

Pyrrhus: Roi d’Epire (2e s. av. J.-C.) Il était particulièrement ambitieux. On se souvient de sa phrase "Voilà une victoire qui va me coûter cher".

Le Sophi: Le roi de Perse.

Google
 

ancre





W. Aractingy

Voyez aussi cette fable illustrée par: