Une fable au hasard

Les 12 livres

Les Fables

Tris de fables

Le bestiaire

Les personnages

Morales et maximes

Les sources

 Italien
 Allemand
 Anglais

Contact JMB
Envoyez une carte postale avec cette illustration
Signaler cette fable à un ami
Imprimer

Les lectures de JMB
Allez voir mes lectures.

Le Blog de JMB
Mes textes personnels






Jupiter et le Métayer
 Livre VI - Fable 4

Fable inspirée de Faërne (philologue à la cours du pape Paul IV ; il a écrit un recueil de fables adapté en vers latin) qui fut lui-même imité par Verdizotti (secrétaire du Titien ; on lui doit une compilation de vers ésopiques). Elle inspirera aussi André Siegfried.
Contrairement aux versions de ses devanciers, celle de La Fontaine offre une seconde chance au métayer.

Jupiter eut jadis une ferme à donner.
Mercure en fit l'annonce, et gens se présentèrent,
            Firent des offres, écoutèrent :
            Ce ne fut pas sans bien tourner ;
            L'un alléguait que l'héritage
Était frayant et rude, et l'autre un autre si.
            Pendant qu'ils marchandaient ainsi,
Un d'eux, le plus hardi, mais non pas le plus sage,
Promit d'en rendre tant, pourvu que Jupiter
            Le laissât disposer de l'air,
            Lui donnât saison à sa guise,
Qu'il eût du chaud, du froid, du beau temps, de la bise,
            Enfin du sec et du mouillé,
            Aussitôt qu'il aurait bâillé.
Jupiter y consent. Contrat passé ; notre homme
Tranche du roi des airs, pleut, vente, et fait en somme
Un climat pour lui seul : ses plus proches voisins
Ne s'en sentaient non plus que les Américains.
Ce fut leur avantage : ils eurent bonne année,
            Pleine moisson, pleine vinée.
Monsieur le Receveur fut très mal partagé.
            L'an suivant, voilà tout changé :
            Il ajuste d'une autre sorte
            La température des cieux.
            Son champ ne s'en trouve pas mieux;
Celui de ses voisins fructifie et rapporte.
Que fait-il? Il recourt au monarque des dieux,
            Il confesse son imprudence.
Jupiter en usa comme un maître fort doux.

            Concluons que la Providence
            Sait ce qu'il nous faut mieux que nous .

Mercure : dieu du Commerce et des Voyageurs chez les Romains ; il est aussi le messager des dieux (« un de ses cent métiers », comme dit La Fontaine (« Les Amours de Psyché et de Cupidon » Livre 2 ; Ouvres diverses, La Pléiade, annoté par Pierre Clarac, p. 213).

 

Frayant : de faible rentabilité.


En rendre : payer sa métairie.


Tranche du roi des airs : joue au roi des airs

Google
 

ancre





W. Aractingy 100 x 100 cm, Juin 1995

Voyez aussi cette fable illustrée par: