Fables

Contes libertins

Récits poétiques

Correspondance

Théâtre et Opéra

Oeuvres en prose

Contact JMB

Ls nouveaux contes.
Publiés sans achevé d'imprimer, privilège ni permission en 1674.

Comment l'esprit vient aux filles
Le Troqueurs
Le cas de conscience
Le Diable de Papefiguière
Féronde ou le purgatoire
Le Psautier
Le Roi Candaule et le maître en droit
Le Diable en enfer
La Jument du compère Pierre
Paté d'anguille
Le Lunettes
Janot et Catin
Le Cuvier
La Chose impossible
Le Magnifique
Le Tableau


Le Cuvier


Soyez amant, vous serez inventif:
Tour ni détour, ruse ni stratagème
Ne vous faudront: le plus jeune apprentif
Est vieux routier dès le moment qu'il aime:
On ne vit onc que cette passion
Demeurât court faute d'invention:
Amour fait tant qu'enfin il a son compte.
Certain cuvier, dont on fait certain conte
En fera foi. Voici ce que j'en sais,
Et qu'un quidam me dit ces jours passés.
Dedans un bourg ou ville de province
(N'importe pas du titre ni du nom)
Un tonnelier et sa femme Nanon
Entretenaient un ménage assez mince.
De l'aller voir Amour n’eut à mépris
Y conduisant un de ses bons amis;
C'est Cocuage; il fut de la partie ;
Dieux familiers, et sans cérémonie
Se trouvant bien dans toute hôtellerie
Tout est pour eux bon gîte et bon logis
Sans regarder si c'est Louvre ou cabane.
Un drôle donc caressait Madame Anne.
Ils en étaient sur un point, sur un point...
C'est dire assez de ne le dire point,
Lorsque l’époux revient tout hors d'haleine
Du cabaret; Justement, justement...
C'est dire encor ceci bien clairement.
On le maudit; nos gens sont fort en peine.
Tout ce qu'on put, fut de cacher l’amant:
On vous le serre en hâte et promptement
Sous un cuvier, dans une cour prochaine.
Tout en entrant l’époux dit: J'ai vendu
Notre cuvier. Combien ? dit Madame Anne.
Quinze beaux francs. Va tu n'es qu'un gros âne
Repartit-elle: et je t'ai d'un écu ;;
Fait aujourd'hui profit par mon adresse,
L'ayant vendu six écus avant toi.
Le marchand voit s'il est de bon aloi,
Et par dedans le tâte pièce à pièce,
Examinant si tout est comme il faut,
Si quelque endroit n'a point quelque défaut.
Que ferais-tu malheureux sans ta femme ?
Monsieur s'en va chopiner, cependant
Qu’on se tourmente ici le corps et l’âme:
Il faut agir sans cesse en l'attendant.
Je n'ai goûté jusqu'ici nulle joie:
J'en goûterai désormais, attends-t'y.
Voyez un peu, le galant a bon foie:
Je suis d'avis qu'on laisse à tel mari
Telle moitié. Doucement notre épouse,
Dit le bon homme. Or sus Monsieur, sortez
Cà que je racle un peu de tous côtés
Votre cuvier, et puis que je l'arrouse.
Par ce moyen vous verrez s'il tient eau,
Je vous réponds qu'il n’est moins bon que beau.
Le galant sort; l’époux entre en sa place,
Racle partout, la chandelle à la main,
Deçà delà, sans qu'il se doute brin
De ce qu'Amour en dehors vous lui brasse:
Rien n’en put voir; et pendant qu'il repasse
Sur chaque endroit, affublé du cuveau,
Les dieux susdits lui viennent de nouveau
Rendre visite, imposant un ouvrage
A nos amants bien diffèrent du sien.
Il regratta, gratta, frotta si bien,
Que notre couple, ayant repris courage,
Reprit aussi le fil de l’entretien
Qu’avait troublé le galant personnage
Dire comment le tout se put passer,
Ami lecteur, tu dois m'en dispenser:
Suffit que j'ai très bien prouvé ma thèse.
Ce tour fripon du couple augmentait l'aise.
Nul d'eux n’était à tels jeux apprentif.
Soyez amant, vous serez inventif.
Google
 

ancre







W.Aractingi