Sa vie, ses proches

Une vie de poète

Ils ont parlé de lui

Les contemporains de LF

Contact JMB


La Fontaine et l'Académie Française
Une longue quête pour un fauteuil


Pendant longtemps, La Fontaine ne fit pas attention à l'Académie Française et à tout ce qu'elle représentait. Mais l'ambition le gagne peu à peu, et l'obtention d'un siège à l'Académie va vite devenir un souhait dévorant.

En 1681, Jean de La Fontaine fait un premier essai: il se présente mais sa candidature n'est pas retenue

Le 6 Septembre 1683, meurt Colbert. Il  libère ainsi le fauteuil numéro 24 de l'Académie. C'est l'occasion rêvée pour La Fontaine d'entrer enfin sous la coupole. Il n'est pas le seul à briguer ce fauteuil: Boileau, lui aussi, se verrait bien en habit vert!!!!!

Un paradoxe se pose quand même à La Fontaine: La mort de Colbert lui fait extrèmement plaisir, et il ne le cache pas. Plusieurs écrits de cette époque montrent que La Fontaine se réjouit ouvertement du décès de Colbert. Tous les fidèles de Fouquet ont gardé une dent contre le ministre de Louis XIV. Prendre le fauteuil de Colbert serait un beau pied de nez à l'histoire et une jolie revanche pour les disciples de Fouquet. Mais, en cas d'élection, -comme c'est toujours le cas aujourd'hui-, le nouvel élu doit prononcer l'éloge de son prédécesseur, ce qui n'arrange pas La Fontaine qui se voit mal faire l'éloge de Colbert.

Avant de continuer, permettez moi de vous rappeler d'abord comment se déroulait une élection à l'Académie à l'époque de Louis XIV.

L'Académie recevait les candidatures. Tout comme aujourd'hui, il fallait qu'un certain nombre d'Académiciens présentent le candidat à l'Assemblée des Immortels. L'Académie se réunissait une première fois et faisait son choix parmi les candidats présentés. Une fois ce choix fait, le nom du futur élu était présenté au Roi pour approbation. L'accord du Roi obtenu, l'Académie se réunissait une seconde fois, et cette fois, entérinait le choix fait par le Roi. En fait, nul ne pouvait entrer à l'Académie sans l'accord du Roi.

Boileau et La Fontaine étaient en 1683, les deux plus grands écrivains français non encore présents à l'Académie.

Voyons maintenant les chances des deux candidats:

D'un côté Jean de La Fontaine, 62 ans, fabuliste et conteur. Ses talents littéraires ne sont pas discutables, et tout le monde se rejouit de ses écrits, notamment des fables. Ses contes jouent plutôt contre lui. Le Roi et Madame de Maintenon ne les appréciaient guère.  Il est assez apprécié des Académiciens, même si certains déplorent un peu sa vie dissolue, le fait qu'il soit séparé de sa femme, incapable de s'occuper de son fils, et que sa vie de garçon ne soit pas une vie si sage. Son goût pour les auteurs licencieux et libertins italiens n'est pas du goût de tout le monde. En somme, l'Académie est assez favorable à la candidature de La Fontaine.

De l'autre côté, Nicolas Boileau, 47 ans, également écrivain célèbre, peut-être plus que La Fontaine. Boileau avait déjà écrit l'Art Poétique, le Lutrin, neuf de ses Epîtres, et neuf de ses Satyres. Un énorme atout pour lui: Louis XIV l'apprécie énormément et a fait de lui son historiographe officiel. Le Roi tient énormément à le récompenser et à l'honnorer. Un léger handicap: certains Académiciens n'ont guère apprécié les critiques formulées à leur égard dans les Satires et l'Art Poétique.

En fait, pour tirer une synthèse avant le vote: La Fontaine est le meilleur candidat pour l'Académie, mais il n'a pas les faveurs du Roi.

Et La Fontaine, sentant l'âge avancer, avait fait de cette élection son ambition suprême. Il alla même jusqu'à rencontrer Boileau chez lui (ils étaient amis) pour lui demander de bien vouloir lui céder la place. La réponse de Boileau fut réponse de normand: "Je ne ferai rien de spécial pour entrer à l'Académie, mais si mes amis m'y poussent je ne refuserai pas..."

La première réunion eut lieu le 15 Novembre 1683. A la suite d'une réunion houleuse, au cours de laquelles les Contes infâmants furent discutés, La Fontaine fut choisi au premier tour par 16 voix sur 23 contre 7 à Boileau. La Fontaine se crut élu.

Mais, souvenez vous de l'explication que j'ai donnée plus haut... Le roi?????

Le 20 novembre 1683, le directeur de l'Académie alla rencontrer Louis XIV pour l'informer du choix de l'Académie. Mais le roi avait déjà eu des échos de la réunion de l'Académie et sa colère fut impressionnante. Il ne donna pas son accord à l'élection de La Fontaine. Louis XIV fit savoir qu'il donnerait son avis plus tard, ce qui correspondait à une fin de non-recevoir pour La Fontaine. Pendant plusieurs mois, ainsi, le roi resta sans réponse. La Fontaine publia une ballade pour faire savoir au roi qu'il attendait toujours son bon-vouloir. Cette ballade fut lue au Roi qui ne répondit rien.

En fait, la décision de Louis XIV était prise depuis longtemps: La Fontaine entrerait à l'Académie, mais Boileau entrerait avant lui!! Mais comment? Faire casser l'élection de La Fontaine par l'Académie? C'était possible, mais le roi n'y tenait pas. Tout se passa très vite à la suite de la mort d'un nouvel Académicien: Bezons en Avril 1684. Afin de ne pas essuyer un nouvel échec, l'Académie demanda alors directement au roi qui il souhaitait voir élu. Le nom de Boileau fut plus que suggéré. Nicolas Boileau fut élu le 17 Avril. Le 24, le roi accepta cette élection et donna en même temps son accord pour l'entrée de La Fontaine sous la coupole.

L'Académie Française reçut sous son toit les deux nouveaux élus dans l'ordre de leur élection: La Fontaine fut admis le 2 Mai 1684 et Boileau le 1er Juillet de la même année. Jean de la Fontaine occupera pendant 11 ans le fauteuil numéro 24 de l'académie.

Comme son élection, l'admission fut houleuse. La séance se déroula au Louvre. Jean fit l'éloge de Colbert (rapidement), l'éloge du Roi et celle de l'Académie. L'Abbé La Chambre prit alors la parole. Il rappela d'abord le génie du poète et ses talents littéraires, puis il se lança dans un violent réquisitoire contre les contes et les oeuvres licencieuses de La Fontaine. "Ne comptez pour rien, Monsieur, tout ce que vous avez fait par le passé". Tel un gamin devant son professeur, La Fontaine reçut en public cette remontrance qu'il trouva assez justifiée. Pour la première fois ce jour là, La Fontaine renia ses contes et reconnut qu'il était allé un peu trop loin. Il lut ensuite le discours à Madame de La Sablière. Perrault prit également la parole lors de cette réception.

Le travail de La Fontaine à l'Académie?? Il pourrait faire l'objet d'un autre chapitre, car, comme vous vous en doutez, même si l'homme avait promis au roi d'être sage, tout n'alla pas toujours dans le sens souhaité par le roi et bon nombre de ses prises de position ne furent pas du meilleur accueil, ni pour l'académie, ni pour le souverain (affaire de l'exclusion de Furetière, publication d'une nouvelle série de contes, etc...) . Enfin, sachez quand même qu'il fut un académicien assidu qui prit part à la grande querelle des Anciens et des Modernes. Le 23 juin 1695, deux mois après la mort du poète, c'est Clérambault qui lui succéda à l'Académie.

Google
 

ancre